Marie Rozsa

Qui est-elle ?

Tout d’abord, j’ai  grandi entre la région parisienne et Marseille. Oui, je sais, ce sont deux identités françaises bien distinctes, mais on y survit !
 Quoi qu’il en soit, j’ai toujours été passionnée par les légendes et par la complexité de l’être humain. J’ai commencé à travailler dans le social, mais des problèmes de santé m’ont obligée à interrompre prématurément ce chemin. À côté de cela, j’ai toujours aimé écrire. Depuis le moment où j’ai attrapé mon stylo pour réécrire la fin d’un livre qui ne me satisfaisait pas (au collège), jusqu’à ce jour (j’ai trente ans, ça commence à faire un morceau de vie). Puisque la lecture m’a procuré des moments d’émotions intenses, je voulais à mon tour créer ce genre de bulles pour d’autres aventuriers.  Après une période de repli stratégique et de réflexion,  j’ai donc décidé de me lancer dans l’auto-édition, en embarquant mari et enfant.
J’aime créer, j’aime donner, j’aime voyager, on peut dire que l’écriture regroupe toutes mes passions et puisque j’écris avec ma tête et mon cœur, elle tient une place importante dans ma vie. Tout comme l’humour et l’autodérision.

Retrouvez-la sur :

Qu'écrit-elle ?

Homo Vampiris : Le jour où tout commença

Et si ce que vous saviez de l’Histoire n’était qu’une partie de la vérité ? Et si une autre espèce que l’Homo Sapiens avait évolué sur Terre ? Comment réagiriez-vous, si vous rencontriez cet autre prédateur ? Un conseil, ne courez pas.

Les reflets de Rosaline

Je suis Rose Durand. Pardonnez-moi si je ne me présente pas comme il faut, les codes de communication m’échappent encore parfois. Je reprends.
Je m’appelle Rose, j’ai vingt-trois ans, j’ai été découverte il y a un an au bord de l’Odet et je ne me souviens pas qui je suis. Ni ce qu’est un four à micro-ondes ou une télévision, ni comment décrypter les gens, surtout quand ils font des blagues.
Avec le temps, j’apprends. Mais je ne sais pas combien il m’en reste avant de devenir une créature démoniaque. Tout s’accélère depuis que j’ai découvert ces cadavres et je ne sais pas encore si c’est une bonne chose ou une mauvaise. Des personnes surgissent dans ma vie ; certaines veulent m’aider, d’autres me tuer ou m’enfermer et je dois aussi comprendre qui est Rosaline. Mon esprit brisé résistera-t-il à ce tourbillon de questions et d’intrigues ?
Je l’espère, pour ce petit bout de moi que j’ai égaré et que je souhaite tant retrouver…

Et vous, que feriez-vous si vous vous éveilliez à vingt-trois ans, dans la souffrance, et aussi perdu qu’un nouveau-né dans ce monde si peu familier ?

Sortie le 15/06/2020

Interview anecdote/généralité

L'envie d'écrire

Anecdote

L’envie d’écrire m’a frappée lorsque j’étais au collège, grâce à l’insatisfaction ! Je lisais déjà beaucoup et lorsqu’une histoire m’a laissée sur ma faim, j’ai décidé d’en réécrire… la fin, tout simplement. Autre anecdote décisive, lors d’un devoir de français, le professeur nous a demandé d’écrire la suite de « La chevelure » de G de Maupassant. Ce fut une vraie révélation sur mon amour pour l’écriture !

Généralité

Merci aux cours de français du collège ! L’écriture m’a trouvée et si je l’ai délaissée un temps, je ne l’ai jamais vraiment lâchée. Elle est gravée dans mon cœur depuis le premier jour, porte mes doigts au fil de mes pensées et me soutient dans la vie.

Mes livres

Anecdote

« Homo Vampiris : Le jour où tout commença » s’est présenté timidement à moi, comme une petite histoire destinée uniquement à mes yeux. Et puis, mes personnages m’ont pris la main en me chuchotant que je pouvais en faire un roman, ils m’ont ensorcelée jusqu’à ce que j’appuie sur le bouton « publier » ! Étonnamment, l’essai de N.Y. Harari « Homo sapiens » n’est pas étranger à ce livre, il a guidé mes réflexions et mon imagination. J’ai eu envie de créer un peuple humanoïde ayant évolué aux côtés d’Homo Sapiens, sans que ce dernier le sache, et d’imaginer ce que cela aurait pu donner. J’aime mettre mes personnages face à des rencontres improbables, voir leurs réactions, leur ouvrir l’esprit et détruire des préjugés.

Pour mon second roman, « Les reflets de Rosaline », ce sont sans doute mes réflexions personnelles après la lecture de « Homo Sapiens » de N.Y. Harari et « Le miracle Spinoza » de F. Lenoir qui ont guidé mon crayon lorsque je prenais des notes. Ensuite, d’autres expériences plus personnelles sont venues s’y mêler, et enfin mon imagination débordante !

Généralité

Mes livres possèdent toujours une part de moi. Celle-ci s’entremêle plus ou moins à l’histoire, se rend parfois visible, souvent invisible, mais reste présente dans chacun de mes personnages.

Diffusion - publication - vente ?

Anecdote

Depuis longtemps, je sais que je veux faire lire mes histoires, que je veux les partager un jour. Cela m’a pris du temps, mais cette envie a finalement évolué en un besoin, celui de devenir pleinement auteure. Il m’a fallu des problèmes de santé et un bon coup de pied aux fesses, mais j’ai décidé d’assumer cette passion, ce nouveau métier.
La diffusion chez Amazon a été un choix pragmatique que je ne regrette pas, cependant je suis aussi très contente de mettre en place petit à petit des partenariats avec les librairies. J’aime voir mon livre en rayon, j’en suis très fière !

Généralité

Cela fait bientôt six mois que j’ai commencé cette aventure, et j’ai pu constater qu’être auteure indépendante était (et est toujours) une aventure passionnante ! Elle demande du travail, de l’énergie, elle demande aussi d’apprendre de ses erreurs et d’évoluer sans cesse vers le mieux pour offrir aux lecteurs un rêve sans obstacle. Et c’est aussi une question de partenariats fabuleux et de rencontres généreuses.

Le Livre & l'Internet

Anecdote

Il n’est pas évident de prendre en main les outils fournis par les différentes plateformes d’édition indépendante. Même Amazon, que je trouve finalement assez facile d’utilisation et très bien fait, n’est pas évident à amadouer lorsqu’on débute. Je suis heureuse d’avoir pu dompter un peu l’animal grâce à « Homo Vampiris : Le jour où tout commença» ! Et j’ai vraiment hâte de montrer mon petit nouveau « Les reflets de Rosaline » !
Par ailleurs, il est très intéressant de communiquer à propos de ses histoires, de devoir les décrire de différentes façons à différentes personnes, de découvrir qu’elles sont appréciées, voire adorées par des chroniqueurs / lecteurs. C’est une reconnaissance du travail fourni.

Généralité

L’aventure du livre est passionnante, et le livre sur internet l’est tout autant ! Je suis fière d’échanger sur mes livres, de recueillir les retours positifs, c’est une reconnaissance de mes efforts et de ma créativité. Instagram, Facebook, et tous les réseaux sociaux sont importants pour transmettre nos histoires et les messages qui s’y rattachent. Internet offre une fenêtre sur le monde à nos livres, et une porte vers autrui à l’auteur(e). 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *